Conditions météorologiques extrêmes dues à El Nino

El Niño est un phénomène météorologique naturel qui se produit tous les deux à sept ans, généralement autour du mois de décembre. D'où son nom : El Niño signifie littéralement "bébé de Noël".

Le réchauffement de l'océan Pacifique et le déplacement des zones de haute et de basse pression perturbent l'ensemble du système météorologique de la Terre. De nombreuses régions du monde deviennent plus humides, plus chaudes ou simplement plus sèches. Les effets d'El Niño peuvent durer longtemps (généralement de 9 à 12 mois, mais parfois aussi plusieurs années) et paralyser des pays, des économies et des populations entières.

Vous souhaitez nous aider ? Faites un don ci-dessous.

Soutenir nos efforts de secours

Comment El Niño affecte-t-il l'Afrique orientale et australe ?  

En Afrique, El Niño a un impact significatif sur le sud et l'est du continent. 

  • Actuellement, la partie sud de l'Afrique est confrontée à l'une des sécheresses les plus extrêmes des quatre dernières décennies. Cette situation a de graves conséquences, notamment des pénuries alimentaires extrêmes dues à de mauvaises récoltes et à la hausse des prix des denrées alimentaires qui s'ensuit, ainsi que des pénuries d'eau qui touchent des millions de personnes dans la région. Par exemple, 80 % de la population du Zimbabwe est gravement touchée par cette sécheresse. Au Mozambique aussi, la situation est désastreuse : plus de 3,28 millions de personnes sont touchées et la famine menace 200 000 d'entre elles.   
  • Les pays d'Afrique de l'Est, tels que le Burundi, le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie, connaissent une situation totalement opposée. Les nombreuses et fortes pluies de ces derniers mois ont provoqué des inondations et des glissements de terrain dévastateurs dans la région. Des milliers de personnes ont été touchées, de nombreuses maisons et infrastructures ont été endommagées et les récoltes détruites. Le risque de maladies, comme le choléra, a augmenté en raison de l'accès réduit à l'eau et à l'assainissement. Les fortes pluies ont forcé plus de 42 000 familles burundaises et 11 275 familles kenyanes à quitter leur domicile. En Ouganda, plus de 2 262 familles ont déjà été touchées. 

Malgré les efforts des sociétés nationales de la Croix-Rouge, la situation reste difficile. En effet, de nombreuses zones sont difficiles d'accès et les routes sont endommagées. Avec la perspective d'une sécheresse persistante et de fortes pluies, nous restons vigilants dans les deux régions.

Que fait Rode Kruis-Vlaanderen? 

Rode Kruis-Vlaanderen suit de près la situation, en collaboration avec ses délégations au Burundi, au Mozambique, au Malawi, au Rwanda et en Ouganda, entre autres. La Croix-Rouge du Burundi nous a déjà demandé d'intervenir et nous avons pu débloquer 300 000 euros. Grâce à ces fonds, nous avons déjà pu aider la Croix-Rouge du Burundi à fournir de l'eau potable, des kits d'hygiène et d'autres fournitures essentielles à la population touchée.

Mises à jour

Dimanche 19 mai - Mise à jour sur le Burundi

Les fortes pluies et les inondations qui s'ensuivent au Burundi ont déjà touché plus de 179 000 personnes. Ainsi, plus de 31 200 personnes ont déjà été contraintes de quitter leur domicile. Malheureusement, 29 personnes sont mortes à cause des inondations et quelque 175 ont déjà été blessées. Un glissement de terrain dans la province de Rumonge a détruit quelque 500 maisons, laissant 2 485 personnes dans l'impossibilité de rentrer chez elles.

Les inondations et la montée du lac Tanganyika ont également pour effet de rendre l'accès à l'eau potable plus difficile, provoquant l'apparition de maladies telles que le choléra. Actuellement, le niveau de l'eau est déjà supérieur de 1,76 mètre à la normale, soit le niveau le plus élevé mesuré depuis 60 ans. On estime qu'environ 165 000 personnes se trouvent dans une zone à haut risque et que 66 000 ont besoin d'une aide humanitaire.



Environ 10 % des terres agricoles ont été détruites. Cette situation a un impact majeur sur la population, car 80 % des familles burundaises dépendent de l'agriculture. Quelque 23 000 familles ont perdu leur source de revenus à la suite des inondations, ce qui a aggravé l'insécurité alimentaire déjà existante.

Réponse générale du mouvement de la Croix-Rouge

La Croix-Rouge du Burundi a envoyé quelque 400 volontaires dans les régions touchées. Ils apportent une aide à l'évacuation aux personnes qui ont tout perdu entre-temps et qui n'ont pas d'endroit où rester. En plus de répondre aux besoins de première nécessité, ils informent les communautés des risques d'effondrement et de noyade. premiers secours La Croix-Rouge burundaise répond également aux besoins de base en distribuant de l'eau potable et des kits sanitaires.
Les autres activités prévues comprennent la distribution de matériel scolaire et la mise en place de classes temporaires, la fourniture d'un soutien psychosocial et la mise en place d'installations à plus grande échelle pour fournir de l'eau potable à la population.

Rode Kruis-Vlaanderen Réponse spécifique

Rode Kruis-Vlaanderen en collaboration avec le gouvernement fédéral, a débloqué 300 000 euros pour apporter une aide rapide à la population locale. Avec cet argent, notre camion citerne, qui peut transporter plus de 20 000 litres d'eau, a déjà pu être déployé pour remplir des "vessies" ou des réservoirs d'eau afin de fournir de l'eau potable à la population. Il permet également de lutter contre le choléra, qui se propage par l'eau contaminée.
Des séances de sensibilisation sont également organisées, des kits sanitaires et des articles ménagers sont distribués et du matériel pour les volontaires (par exemple des bottes de pluie, des gilets de sauvetage...) est acheté sur le terrain.

Photos © Croix-Rouge burundaise

Vendredi 19 avril - Inondations au Burundi

Le Burundi est ravagé par de fortes précipitations depuis des mois. Celles-ci provoquent des inondations, des glissements de terrain, des rivières qui sortent de leur lit et une montée importante du niveau du lac Tanganyika, juste à côté de la capitale Bujumbura.
217 000 personnes ont déjà été touchées et des maladies telles que le choléra se propagent largement. Début avril, plus de 3 700 personnes supplémentaires ont dû quitter leur domicile. En conséquence, environ 100 000 personnes sont aujourd'hui déplacées à l'intérieur du Burundi. Selon la Croix-Rouge burundaise, plus de 19 250 maisons et 209 salles de classe ont été détruites par les effets de la tempête et plus de 40 000 hectares de terres arables ont déjà été détruits.

Rode Kruis-Vlaanderen Débloque 300 000 euros pour l'aide

Rode Kruis-Vlaanderen est un partenaire structurel de la Croix-Rouge burundaise depuis de nombreuses années.

  • Sur les projets en cours, en coopération avec le gouvernement fédéral, 152 000 euros seront débloqués pour aider à faire face à cette catastrophe.
  • En outre, Rode Kruis-Vlaanderen débloque 150 000 euros de son propre fonds d'aide d'urgence pour soutenir la Croix-Rouge burundaise de manière rapide et efficace.
    Avec cet argent, les premiers besoins tels que la nourriture, la boisson et d'autres produits de première nécessité, ainsi qu'un toit, peuvent être assurés.

La Croix-Rouge du Burundi a déjà envoyé quelque 280 volontaires dans les régions touchées. Ils aident à évacuer les personnes qui ont tout perdu entre-temps et qui n'ont pas d'endroit où rester. En plus de fournir les premiers besoins de base, ils informent également les communautés sur les dangers d'effondrement et de noyade. La Croix-Rouge burundaise fournit également premiers secours et répond aux besoins de base en distribuant de l'eau et des kits sanitaires.

Parmi les autres activités prévues figurent la distribution de matériel scolaire et la mise en place de classes temporaires, la fourniture d'un soutien psychosocial et l'installation de dispositifs de contrôle de l'eau.

Appel chaleureux

Les personnes souhaitant soutenir les victimes du Burundi peuvent le faire via le formulaire de don ou en effectuant un virement sur le compte BE53 0000 0000 5353 avec la mention "Burundi".

Photo © Croix-Rouge burundaise